Frère Antoine,

Pendant que nous sommes perdu dans nos vies quotidiennes qui ne laissent plus beaucoup de place à une démarche spirituelle ni même à la croyance de Dieu, des hommes dans des ermitages ou des grottes vivent encore la lenteur de la nature et la lumière de l'esprit.

Ces hommes connectés au sublime et à la mère nature témoignent que la vie peut être entrevue différemment et que mère nature attend patiemment que nous nous éveillons à autre chose que nos soucis personnels de nos petites existences.

Frère Antoine fait partie de ces hommes là, que nous pouvons rencontrer au détour d'un arbre, d'un rocher, dans la réalité de sa spiritualité et sa beauté.

Souvent nos agitations internes ne nous permettent même pas de "rencontrer" ces gens simples et décapés, on reste sur nos certitudes, nos idées, le concept mental de notre monde. Alors on passe notre chemin en pensant qu'on vient de rencontrer un excentrique, un pommé, mais le vrai pommé est bien nous.

Un autre personnage énigmatique nous parle de cela, la force de nos certitudes dans notre quotidien, le Maître de Castaneda du nom de Don Juan dit cela :

Nous n’avons jamais l’occasion de dépasser le niveau de la simple préoccupation, parce que depuis des temps immémoriaux les affaires quotidiennes nous ont assoupis comme une berceuse.
C’est seulement quand nos vies sont presque à leur terme que notre préoccupation héréditaire à propos du destin commence à prendre une tournure différente.
Elle commence à nous faire traverser le brouillard des affaires quotidiennes.
Malheureusement, cet éveil est toujours étroitement accompagné par la perte d’énergie due à l’âge, au moment où nous n’avons plus de force pour transformer notre préoccupation en une découverte pragmatique et positive.
Alors, tout ce qui reste est une angoisse amorphe, glaciale, un désir de quelque chose d’indescriptible, et une simple colère de ne l’avoir pas obtenu.

Je crois que nous pouvons méditer sur cela pour faire quelque chose de nos vies qui serait bien autre que ce que nous en pensons...

Bonne découverte !

 
La misère c'est quand on ne sait pas sourire de la pauvreté.
 
frere antoine
 
 
 
 
 
 
 
Haut de page | Mentions légales | Plan du site | Contact | Tel : 06 11 10 66 24