YOGA

moi et mon ego


moi et mon ego Moi !

Le moi est une illusion résultante de l'agglomérat de notre corps, notre conscience et nos énergies, il se manifeste avec le mental qui contient, les sentiments, la mémoire, les 3 états de consciences, la notion de temps et d'espace, de nécessité et de continuité et tout cela crée un personnage qui pense sa vie et établie son concept avec très peu de possibilité d'en sortir.

Le moi se construis avec tout, aussi bien la souffrance que la haine, le rejet, ou l'amour, la ferveur.

Le cerveau qui gouverne tout cela n'aime pas le changement et n'aime surtout pas être dépassé, il souhaite rester le maître à bord de cet agglomérat, il récupère tout et de ce fait arriver à le dépasser demande un très fort travail sur nous, travail qui passe irrémédiablement par l'abnégation du moi dans l'instant...

De ce fait notre "chemin spirituel" ne peut se placer dans le temps et l'espace, il n'y a pas d'évolution, si ce n'est évoluer pour entrer et s'assoir dans l'instant présent, de plus en plus longtemps, là où cesse la mémoire, le temps et l'espace et où le cerveau et le mental peuvent être illuminé par la lumière de l'esprit.

Oui mais comment faire pour être là présent dans l'instant présent ?
Cela nous demande de gérer nos énergies autrement.

On ne doit pas chercher à remplacer quelque chose de mauvais par quelque chose de bien, cela va encore prendre sa place dans le temps et l'espace et cela devient alors forcément égotique, même si cela doit être fait pour ce qui serait criminel ou excessif.

Imaginons que je sois quelqu'un de colérique ou obsédé par des choses, ce n'est pas en essayant de me contenir que les choses vont forcément aller mieux. Au pire je vais mettre un barrage et il cédera forcément ou l'eau trouvera un moyen de passer à coté et je deviendrai accro à l'alcool ou tout autre chose…
Il y a donc bien à la base une énergie (l'eau du barrage) qui est présente et que je dois comprendre et réorienter.
Alors le mieux est de partir de ce que je suis en l'acceptant, en essayant de percevoir ce qui est à l'œuvre là dans l'instant présent et en laissant ces sensations explosives qui se manifestent quand la colère ou l'obsession se manifeste, en les regardant de l'intérieur et en les vivant pleinement, en conscience. Le but est que rapidement le mental va devenir observateur de ces montées d'énergies dans le corps et non partir avec dans un comportement lié à l'énergie qui rapidement me fait perdre la conscience de l'instant et de mes actes.
Petit à petit l'énergie présente ne sera plus brûler dans le comportement lié aux qualités de cette énergie (le feu pour la rage, l'air pour l'amour, l'eau pour les désirs) mais c'est la conscience la récupérera.

Ainsi ce qui m'attachait avant devient se qui me délivre et cela se passe sans éthique, sans moral, sans frustration, cela se passe dans la profondeur de ce qu'on est…

 

 

Les roues de Kali : Kramastotra un texte du tantrisme cachemirien 

Mrtyukâlî :

6. Conscience dévorante par laquelle est engloutie la Mort, orgueil démesuré, qui provient de l'heureuse excitation s'étendant à toutes les activités du moi quand il se dit « c'est à moi! » énergie destructrice de (cette) Mort et qui surgit intemporelle, c'est elle que je salue!